Rayonnement régional


Intégration de l’UM5 dans la politique de développement régional : une image de marque pour l’université

Le rayonnement des établissements passe par leur adéquation avec le secteur socio-économique de la région et du pays. A ce titre, l’Université Mohammed V se trouve clairement privilégiée puisque située au cœur d’une région particulièrement dynamique et foisonnante, appelée à se développer davantage dans un avenir proche grâce à de nombreux projets de grande envergure : aménagement de la corniche de Rabat, développement de la vallée du Bouregreg, développement de la ville de Tamesna, développement des parcs industriels à Ain Johra, Technopolis, Ain Aouda, … Cet état de fait ne peut être que de très bon augure concernant la multiplication des contrats-projets de recherche et des programmes de formation entre l’université et les acteurs socioéconomiques qui l’entourent, d’autant plus qu’une telle configuration est favorable à la création d’emplois pour les futurs diplômés de l’université.

Le bassin régional englobant l’Université Mohammed V est donc particulièrement riche en partenaires potentiels pour cette dernière qui peut de ce fait jouer pleinement son rôle d’acteur de la région en développant des actions notamment avec :

  • Les institutions et administrations publiques : parlement, ministères, offices, conseils supérieurs
  • Les industries : BTP, industrie textile, pharmaceutique et agroalimentaire, hautes technologies…
  • Les organismes de recherche : CHU, CNRST, CRTS, CNESTEN, INRA, MASCIR, Etablissements de formation et de recherche dépendants des autres ministères tels que: ENIM, IAV, INSEA, INAU, INPT, ENFI, ISM….

 

       

              Environnement sectoriel de l’Université Mohammed V

En outre, le Conseil régional RSZZ, premier acteur de promotion de la région, pourrait constituer un partenaire privilégié de l'Université Mohammed V. Celle-ci devra accorder un intérêt tout particulier à l’élaboration avec ce conseil d’un contrat global portant sur les dispositifs d’appui et de soutien à la recherche et au transfert de technologie, mais également sur les aspects liés à la vie étudiante et au patrimoine universitaire.

L’université temple de la formation

Nul doute que l’Université Mohammed V est le premier établissement pourvoyeur en profils potentiels pour l’emploi à tous les niveaux : techniciens, cadres, ingénieurs, enseignants, avocats, magistrats, médecins, pharmaciens….

Au-delà de cette vocation, et de façon plus ciblée dans le cadre de la formation continue, l’université est souvent interpellée par différentes institutions publiques pour mettre en place des formations de cadres spécifiques. Elle dispose déjà d’une expérience confirmée en la matière puisqu’elle a répondu à la demande de nombreux ministères, notamment en accueillant et en formant des profils très variés destinés au Ministère de l’Intérieur (informatique), à la TGR (finances publiques), au Parlement (droit), au Ministère de la Justice (droit), au Ministère de la Santé (techniques de laboratoire), …

L’université créatrice du savoir

L’université collabore de manière dynamique grâce à ses compétences, sa multidisciplinarité et son savoir faire avec de nombreux organismes de recherche.

A titre d’exemple, à l’échelle nationale, celle-ci vient de remporter grâce à son expertise acquise  19  projets de recherche dans le cadre de l’appel d’offre lancé par le Ministère de l’Enseignement Supérieur en 2013: 14 pour l’Université Mohammed V-Agdal (dont 10 par la Faculté des Sciences) et 5 pour l’Université Mohammed V-Souissi, sur les 100 projets retenus pour financement. Dans le même cadre, l’université a remporté d’autres projets en partenariat avec notamment MASCIR, le CNESTEN et l’INRA. En outre, le rayonnement international de l’Université Mohammed V n’est pas en reste puisque ces projets lui ont valu une contribution de 150 organismes étrangers relevant de 17 pays, ce qui crédibilise considérablement son rôle de promoteur de la connaissance.

L’université productrice de richesse

La qualité de la recherche et de l’enseignement, qui font le renom des universités,  sont de plus en plus supplantés aujourd’hui dans le rayonnement de ces dernières par le nombre des brevets déposés et l’importance des moyens financiers apportés par des tiers. Autrement dit, il n’y aura bientôt plus de salut pour les universités hors de la recherche de pointe lucrative. Pour que les brevets puissent être commercialisés, les politiques de tous les pays tendent à assouplir le cadre légal de ces derniers et à réduire parallèlement les budgets des universités en incitant ces dernières à commercialiser davantage leurs services. 

Consciente des impératifs de cette tendance internationale à la productivité, notre université place aujourd’hui l’innovation à la tête de ses priorités en menant une véritable politique d’encouragement pour le dépôt de brevets tout en œuvrant à leur développement par le milieu industriel. Cette stratégie de valorisation de la recherche répond ainsi à sa volonté d’impacter durablement le milieu socioéconomique en tant qu’acteur et partenaire régional. C’est ainsi qu’en 2013, les deux Universités Mohammed V Agdal et Souissi ont totalisé près de 50 % des brevets universitaires déposés à l’échelle nationale auprès de l’OMPIC.

Par ailleurs, le partenariat avec les entreprises constitue le mode de coopération par excellence susceptible d’orienter  les thématiques de recherches fondamentales vers des potentialités d’application. Déjà, des partenariats avec MASCIR, OCP, Maroc Télécom et IRESEN ont été créés pour soutenir la recherche de pointe dans des domaines porteurs tels que les nanotechnologies, la microélectronique, la biotechnologie, les matériaux, les énergies, les technologies de l’information...

L’Université Mohammed V-Agdal à travers, la Faculté des Sciences et l’Ecole Mohammedia des Ingénieurs fait aussi parti du Cluster Marocain de Microélectronique et du Cluster TIC, qui regroupent chacun au moins une dizaine d’entreprises et d’autres établissements de recherche.

L’université prestataire de service

L’université, dans sa nouvelle vision instaurée par la réforme de la loi 01-00, a acquis plus d’autonomie et s’est accaparée avec succès une nouvelle mission en tant que prestataire de service. Grâce à sa multidisciplinarité et à ses nombreuses compétences celle-ci peut en effet offrir un large service allant du consulting à l’étude ou encore l’analyse.

C’est ainsi que plusieurs études à la carte ont été menées avec succès par des équipes de recherche de l’université, notamment l’étude de l’aléa sismique au niveau du tracé du TGV commanditée par l’ONCF à l’Université Mohammed V Agdal, qui a permis une économie conséquente sur le coût d’investissement de ce projet en proposant une modification du tracé.

C’est également à l’Université Mohammed V Agdal que l’on doit la révision du règlement de construction parasismique, commanditée par le Ministère chargé de l’Habitat et de l’Urbanisme, règlement qui est désormais imposé pour toute nouvelle construction à l’échelle nationale.

Consciente des compétences qu’elle peut mettre au service de l’essor de sa région, l’université à travers les différents rôles qu’elle peut jouer comme acteur local du développement, doit donc augmenter et promouvoir assidument ses contacts avec ses partenaires socioéconomiques et les solliciter, à l’image d’une entreprise, en faisant valoir la carte des services qu’elle peut leur offrir.


 

CONTACTEZ-NOUS

Avenue des Nations Unies, Agdal,
Rabat Maroc B.P:8007.N.U
0537272755         0537671401
présidence@um5.ac.ma
 

Suivez-nous sur