Réussite de l’étudiant


Un plan de réussite à améliorer

L’ensemble des états de faits pèse lourdement sur la réputation de l’ensemble du système universitaire et s’avère socialement et économiquement regrettable, d’où la nécessité de renforcer les dispositifs existant en matière d’orientation, de formation et d’accompagnement des étudiants et d’innover avec à l’esprit la nécessité impérative de diminuer le taux d’échec et de décrochage de ces derniers.

L’université doit veiller à ce que chaque étudiant soit placé en situation de réussite quelque soit son origine sociale, son projet personnel et son niveau de départ. La fusion des deux universités de Rabat, en cumulant leurs expériences respectives en matière d’amélioration de la réussite des étudiants, est une opportunité majeure pour homogénéiser et capitaliser l’ensemble des dispositifs déjà mis en place pour favoriser la réussite des étudiantsOutre l’intégration de tels dispositifs, notre stratégie en matière de formation se déclinera autour des priorités suivantes :

L’accueil, l’information et l’orientation-réorientation

Le modèle du RIDO (Réseau d’Information, de Documentation et d’Orientation) mis en place à l’Université Mohammed V-Agdal en 2010 et du CAIOS (Centre d’Accueil, d’Information d’Orientation et de Suivi) existant à l’Université Mohammed V-Souissi paraît intéressant à renforcer et à dynamiser dans le cadre de la nouvelle université. Ces deux entités devraient fusionnerpour mieux assurer notamment des campagnes régulières d’information au niveau des lycées, organiser des salons et des forums, mettre en place des ateliers de formation sur la culture entrepreneuriale ainsi que des rencontres entre acteurs socioprofessionnels et étudiants dans le cadre de l’aide à l’insertion professionnelle, …

A l’avenir, pour augmenter l’efficacité de cette nouvelle structure fusionnée qui sera désormais dénommée CAIOS, il conviendrait d’enrichir ses ressources humaines par des spécialistes (conseillers d’orientation, coachs pour le développement personnel, psychologues…), de renforcer ses moyens financiers et d’élargir ses missions notamment en lui permettant de préparer la transition secondaire-supérieur, de renforcer le dispositif d’orientation etde mettre en place une semaine d’intégration. Le CAIOS pourra s’inscrire dans une démarche de contractualisation avec l’étudiant afin de l’inciter à élaborer son projet personnel et professionnel.

Le renforcement de l’accompagnement et de l’intégration des étudiants par l’action de tutorat et la mise en place d’enseignants référents

Le plan d’urgence lancé en 2009 avait fortement préconisé la nécessité d’instaurer des actions de parrainage des étudiants. Depuis, de nombreuses actions de tutorat ont vu le jour au sein de plusieurs établissements des deux universités (environ un étudiant sur deux en première année a été concerné) mais celles-ci n’ont pas été évaluées et ont souffert du fait qu’elles ont paradoxalement attiré la frange des étudiants les plus motivés, qui avaient donc le moins besoin de ce type d’action. C’est sur la base de ce constat que l’université doit mettre au point un modèle de tutorat plus performant, plus généralisé, applicable au sein de tous les établissements à accès ouvert et prenant en compte la nécessité d’une formation pour les tuteurs.

Par ailleurs la mise en place d’un système d’enseignants référents, très prisé dans les modèles anglo-saxons, parait très porteuse puisqu’elle instaure une relation de confiance, hors du champ évaluateur/évalué, et met à disposition de l’étudiant un conseiller  éclairé et riche de son expérience pédagogique au sein de l’établissement.

L’innovation pédagogique adaptée aux effectifs d’étudiants, à la faiblesse de leur niveau disciplinaire et à leurs lacunes langagières

Il est urgent, face à la massification des effectifs d’étudiant et à la baisse flagrante de leur niveau, que les enseignants consentent à fournir un effort d’adaptation de leurs pratiques pédagogiques à ce contexte particulier : force est de constater que les pratiques pédagogiques actuellement en place et s’articulant principalement autour du cours magistral en amphithéâtre sont totalement dépassées. Il convient donc pour les enseignants de s’aligner sur la tendance universitaire internationale en adoptant une démarche pédagogique par compétence, par problème ou par projet. Dans cet esprit, l’Université Mohammed V de Rabat mettra des moyens à disposition du CIPEGU (Centre International de Pédagogie et de Gestion Universitaires), créé à la Faculté des Sciences de l’Education depuis 2002, pour le dynamiser et renforcer son action. Il devra notamment se charger de :

  • Mettre en place un accompagnement pédagogique des enseignants qui souhaitent repenser leur dispositif pédagogique, s’approprier un outil et approfondir une démarche d’enseignement ;
  • Développer des supports pédagogiques qui constitueront une base de données accessible aux étudiants et aux enseignants ;
  • Proposer systématiquement des formations continues destinées aux enseignants, particulièrement à ceux nouvellement recrutés.

Enfin, un dispositif clef de réussite pour les étudiants serait d’instaurer un semestre de rebond au cours duquel un étudiant en situation d’échec, à l’issue du semestre 1, au lieu de passer systématiquement au semestre 2, se verra proposer un semestre de confortation de ses savoirs disciplinaires et transversaux (langues, informatique) afin d’augmenter ses chances de réussite en reprenant le semestre 1 à la rentrée suivante et d’acquérir les pré-requis nécessaires à son passage au semestre 2.

Le renforcement de l’encadrement pour les établissements à taux d’encadrement faible

Certains établissements de l’Université Mohammed V de Rabat, à l’instar des Facultés des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales, en raison de leurs effectifs d’étudiants très importants, souffrent d’une pénurie d’enseignants qui nécessite de mettre en place d’urgence une politique de recrutement d’enseignants permanents ou contractuelsadéquate. Pour cette dernière, il conviendra d’asseoir un cadre réglementaire portant sur les postes en CDD.

La certification en  langues et en informatique

La pratique des langues étrangères et la rapide évolution des technologies de l’information et de la communication ont engendré une progression flagrante de leur usage dans la vie courante et dans la vie professionnelle. C’est pourquoi l’université doit inciter les étudiants à préparer des certificats de compétences en langues de l’enseignement supérieur (CLES) et en informatique qui leur permettent de maîtriser ces outils désormais incontournables dans la poursuite des études supérieures et dans l’insertion professionnelle.Chaque étudiant, lors de son passage à l’université, doit bénéficier de l’opportunité d’acquérir unsocle commun de compétences linguistiques et informatiques.

En matière de langue, la situation actuelle instaurée par le cahier des normes pédagogiques nationales (CNPN) dans le cadre de la loi 01-00, a montré les limites d’un enseignement de langues sous forme d’un module par semestre. C’est pourquoi le nouveau de CNPN version 2014 propose un autre modèle de fonctionnement de cet enseignement. Ce dernier introduit une session d’immersion intensive en français à destination des nouveaux bacheliers  des Facultés des Sciences et des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales durant les trois premières semaines du premier semestre et rajoute un septième module par semestre pendant la première année pour les étudiants qui n’auraient pas amélioré leur niveau de langue durant cette session d’immersion. Parallèlement, un enseignement à distance du français sur une plate-forme pédagogique (ClarolineConnect), projet élaboré de concert avec l’Institut Français, sera instauré.

Un Centre de Ressources Linguistiques domicilié à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines a été mis en place récemment pour prendre en main la politique des langues de l’Université Mohammed V-Agdal. Dans le cadre de la fusion, il devient nécessaire de redéfinir et d’élargir les missions de cette structure en la dotant de moyens adéquats pour son fonctionnement pour optimiser l’enseignement des langues à l’échelle de la nouvelle université.

Comme pour les langues, les étudiants de l’Université Mohammed V de Rabat, auront la possibilité de postuler à une certification informatique sous forme de passeport en compétence informatique qui sera délivrée via un organisme international de certification. Celle-ci attestera de la maîtrise des compétences nécessaires à l’étudiant pour mener les activités qu’exige aujourd’hui un cursus d’enseignement supérieur ainsi que l’insertion professionnelle, à savoir: recherche de données, création de site web, gestion de l’information, récupération et traitement des données, présentation en présentiel et à distance d’un travail , échange et communication à distance , production en situation de travail collaboratif, positionnement face aux problèmes et enjeux de l’utilisation des TIC (droits et devoirs, aspects juridiques, déontologiques et éthiques...).

Les cours en ligne et la formation à distance comme moyen de diversification des modalités pédagogiques

Les cinq prochaines années verront exploserle marché mondial de l'e-éducation. L'enjeu est énorme : il s'agit non seulement de révolutionnerla transmission des savoirs, mais aussi d'éviterqu'elle ne reste entre les mains de quelques entités.

Il faut noter que l’enseignement à distance pose sans doute, comme tout nouvel outil, autant de questions qu’il ouvre de perspectives. Il convient donc d’envisager le e-Learning, non seulement comme une action pédagogique innovante en pleine expansion mais aussi comme un moyen complémentaire de formation, de rayonnement pour l’université.

A l'ère des tablettes et des Smartphones qui révolutionnent déjà l'accès à la connaissance, l’université doit mettre en place un plan université numérique pour faireen sorte que chaque étudiant ait accès, dans un proche avenir, à des cours en ligne et puisseobtenirà terme une certification voire un diplôme. C'est aussi l'un des enjeux d’un tel enseignement à distance.

Déjà, les "MOOC" (Massive Open Online Cours), sortes de cours en ligne ouverts et massifs ont fait leur entrée au Maroc. Il s'agit de cours dispensés gratuitement sur Internet par les meilleurs établissements et mis à la disposition de toute personne désireuse d’apprendreà travers le monde. Aujourd'hui, n'importe quel étudiant peut s'inscrireà l'un des nombreux MOOC de Harvard, Stanford ou du MIT. Demain, ce sera également le cas de l’école Polytechnique, de la Sorbonne, et, pourquoi pas, de l’Université Mohammed V de Rabat qui aura l’avantage d’offrir à ses étudiants des cours spécifiques. En effet, de nombreuses ressources pédagogiques élaborées par les enseignants sont déjà disponibles sur les portails des établissements de l’université et rencontrent un vif succès auprès des étudiants d’où la nécessité d’encourager cette tendance.

La formation à distance constituera une action prioritaire pour faciliter la diversification des parcours et l’ouverture à la pluridisciplinarité ou encore pour désengorger les locaux par un allègement de l’enseignement en présentiel. Dans ce cadre l’Université Mohammed V-Souissi dispose déjà d’un centre de e-Learning qu’il convient de doter, dans le cadre de la fusion, de plateformes technologiques, de moyens et de compétences en ingénierie pédagogique ainsi que d’instruments d’accompagnement des enseignants dans la production de contenus en ligne (scénarisation des cours).

Une politique documentaire ambitieuse

Une profonde évolution de la fonction documentaire au sein de l'Université est absolument indispensable. Elle doit s’appuyer sur une réalisation d’une absolue nécessité, la rénovation et l’extensionde la Bibliothèque Universitaire. L'importance de l'information scientifique et technique, tant pour laformation que pour la recherche, nécessite aussi que l'université se dote d'outils documentaires plus performants. Le développement de l'accès à distance aux ressources électroniques est donc une nécessité ainsi que l'intégrationdu Système d'Information Documentaire au sein du Système d'Information Global de l'université.

 

CONTACTEZ-NOUS

Avenue des Nations Unies, Agdal,
Rabat Maroc B.P:8007.N.U
0537272755         0537671401
présidence@um5.ac.ma
 

Suivez-nous sur